Née en 1965, Michele Guilloteau ressent très tôt à l’adolescence ses premières émotions picturales lors d’un voyage scolaire à Paris où, face aux œuvres de Van Gogh, Monet, Degas mais aussi Matisse, elle est touchée au plus profond de son cœur. Le destin lui permet, beaucoup plus tard, de se former auprès d’artistes professionnels et ainsi manier avec aisance un florilège de techniques. Elle choisit plus particulièrement l’acrylique et le travail de la matière (papier, enduit…)

Depuis 2001, elle travaille et vit à Frouzins, tout près de Toulouse (31) en France.

Elle peint principalement à l’acrylique sur des toiles ou du papier.
Attirée autant par l’abstrait et le figuratif, sa recherche picturale se base avant tout sur l’équilibre des formes, des lignes, des couleurs, de la lumière tel le yin et le yang afin que l’énergie circule. Elle utilise pour cela des pinceaux, des couteaux à peindre et même ses doigts !
L’imaginaire est au cœur de son travail et invite à la rêverie. Elle aime suggérer sans imposer.

L’exploration de la « Ligne » lui a permis de créer des villes imaginaires, des banlieues improbables avec ses usines où on s’interroge sur la présence humaine.

Parallèlement, elle travaille la « Ligne d’Horizon », l’œuvre la plus personnelle de l’artiste.

Une explosion d’émotions, de couleurs, les souvenirs d’enfance, les vacances sur les plages de Vendée, la pêche à pied, les grands espaces, l’Océan…. Le premier plan est traitée de façon plus abstraite avec de la matière qu’elle dépose avec un couteau à peindre.

Réelles ou imaginaires, ses œuvres restent une invitation au voyage.

 

Pour en savoir davantage sur le parcours de Michele Guilloteau

Et connaître toutes ses expositions